VOYAGE // I AMsterdam – Avril 2o13

C’est pas vraiment un secret, il y a quelques semaines j’étais à Amsterdam avec ma petite maman et mon petit (grand) frère et c’était SUPER!!

[ ATTENTION, RACONTAGE DU VOYAGE EN DÉTAIL, BONS PLANS INSIDE ET VIDÉO DU VOYAGE A LA FIN ]

Au début, c’était un peu l’angoisse quand même parce qu’aucun de nous ne connaissait la ville et qu’on était incapable de dire quelque chose en néerlandais (sérieux, comment tu veux comprendre une langue comme ça? « onuitsprekelijk »).  Du coup la galère a commencé quand il a fallu acheter des billets de tramway et surtout trouver le bon, histoire de pouvoir trouver notre hôtel! Et puis on s’est vite rendu compte que tout le monde parlais anglais. Gros soulagement!
On a fini par trouver notre hôtel, l’hôtel « Freeland » qui se trouve presque en plein centre (à 2mn de Leidsestraat et à 10mn du marché aux fleurs pour les connaisseurs), et il est au top! D’abord, c’est un endroit gay friendly et ça c’est bien, ensuite ils sont super gentils, on a une petite chambre mignonne et confortable (même si on se serait passés des tableaux de tournesols un peu hideux), on a vraiment tout ce qu’il faut et même une bouilloire avec des mugs et un assortiment de thés (et accessoirement du café) pour cocooner le soir après nos journées très intenses de touristes. D’ailleurs, on a commencé fort!!
Après avoir posé nos valises, on perd pas de temps et on se met en route, histoire de trouver un petit endroit où manger et de visiter le Rijksmuseum l’après-midi. On se pose dans une espèce de brasserie pas très loin de l’eau pour manger des pancakes au bacon dont je me souviens encore dans mes rêves les plus fous. Ensuite on visite le Rijksmuseum et évidemment on passe pas à côté de Rembrandt (et de sa « Ronde de nuit ») ainsi que de Vermeer et de sa fameuse « Laitière » (que j’adore!). Je voulais voir « La jeune fille à la perle » mais évidemment elle n’est pas exposée là… Ô déception. Et comme c’est fatiguant de visiter un musée, on est allés se « reposer » au Vondel Park juste à côté. Et comme là bas ils mangent SUPER TÔT (à 22h la plupart des resto sont fermés), vers 18h30 on se met à la recherche d’un petit endroit sympa où becqueter. Il y a très peu de restaurants traditionnels mais beaucoup d’indonésiens, d’italiens, d’indiens, d’argentin… Du coup c’est indonésien au Bojo. Putain comment c’était trop bon! Je sais plus ce que j’ai eu en détail mais c’était à base de noix de coco grillé aux épices et de poulet au beurre de cacahuète. TRAUBON! Ensuite on roule jusqu’à l’hôtel pour se faire un petit thé au lit.

DSC_0120petitDSC_0065petitDSC_0077petitDSC_0122petitDSC_0150petit

Le petit déjeuner à l’hôtel était impressionnant: thé ou café, œuf dur, jus d’orange, trois sortes de pain (avec grille pain évidemment), deux sortes de charcuterie et de fromage, miel, pâte à tartiner, beurre de cacahuète et gentils serveurs. On manquait franchement de rien. C’était presque un plaisir de se lever le matin sachant qu’on allait manger comme des porcs juste après. Bref, ce jour là on a commencé la journée par le marché aux fleurs où j’ai acheté des graines de fraisier qui pour l’instant refusent de pousser, puis on s’est dirigés vers le Jordaan, quartier mignon, plein de petites boutiques et calme de la ville. On y trouve notamment quelques antiquaires et friperies qui font rêver. Il commence à se faire faim et on trouve une petite brasserie très sympa avec de la moquette sur la table et qui propose des burgers et des croques. Le cadre est vraiment agréable et typique (j’ai plus le nom mais c’était dans le Joordan et presque en face de la friperie « Episode ») et le serveur est hyper sympathique.
On avait des billets pour le musée de Anne Franck assez tard dans la journée ,du coup on en profite pour faire une ballade en bateau. Ouai on est comme ça! Si je me souviens bien c’était à peu près 13€ par personne pour une croisière de 1h. Ça vaut le coup (enfin moi je suis toujours ravie d’être sur l’eau de toute façon), on apprend vraiment des choses sur la ville et on voit des endroits que l’on aurait pas pu voir autrement. Ensuite retour au musée Anne Franck (je vais vous épargner les péripéties quant à nos billets réservés pour le mauvais jour). Je ne peux que te conseiller d’y aller. Certes, c’est pas une partie de plaisir mais selon moi c’est nécessaire. Il y a beaucoup de monde alors prends des billets à l’avance (et ne vous trompez pas de jour!). Surtout que c’est le SEUL musée où j’ai vu les gens lire TOUT les panneaux et regarder TOUTES les vidéos. On sent que les gens (du moins la majorité) ne sont pas là juste pour dire qu’ils l’ont vu. Après toute cette émotion, on se rend compte qu’il commence à faire nuit et on a peur de pas trouver de restaurant!! L’ANGOISSE s’empare de nous. On rentre dans NOTRE quartier (c’est fou comme on s’habitue vite à l’environnement) et on décide d’aller manger au restaurant indien « Bollywood« . Original pour un restaurant indien! Mais attention, ce sont des fourbes, et comme dans certains restaurants parisiens, il y a des menus pas chers en devanture pour aguicher le chaland qui ne se retrouvent pas sur la carte qu’ils vous présentent une fois assis à une table. Il ne faut SURTOUT PAS hésiter à leur demander où est passé le menu que tu as vu dehors!! Ils apporteront gentiment l’autre carte qui propose un repas plus que complet. Sérieusement, j’avais jamais vu ça. On a tous pris le même menu si je me souviens bien qui comprenait des papads au cumin à volonté avec leurs sauces, une soupe au poulet, des nans nature, du poulet au curry, des pilons de poulet à je sais plus quoi sur un poêlon, du riz, des légumes et un thé (on a juste pris des lassis en plus). Et tout ça pour une quinzaine d’euros, c’est ouffissime!

DSC_0160petitDSC_0198petitDSC_0209petitDSC_0186petitDSC_0259petitDSC_0277petitDSC_0297petitDSC_0336petitDSC_0396petitDSC_0449petit

Le troisième jour, après avoir engouffré le petit déjeuner et s’être fait une beauté, on s’est dirigés vers le musée Heinkein (que nous n’avons pas visité) car il se trouve que presque juste derrière, il y a un grand marché qui s’étale sur deux kilomètres. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il s’est mis à pleuvoir! Du coup on a pas vraiment pu en profiter et c’est dommage parce que j’adore les marchés. On a quand même vu quelques trucs intéressant mais on a fini par se réfugier dans une boutique quand même (d’ailleurs elle était super belle et m’a fait penser à la boutique « Merci » de Bastille, avec une boutique très classe et originale en bas et un restaurant, salon de thé, galerie à l’étage). Finalement on a continués à marcher sous la pluie jusqu’à trouver un « Wok to walk« , concept génialissime. Tu choisis les nouilles ou le riz que tu veux, ce que tu veux comme viande ou autre (tofu, soja…) et ta sauce. Pif paf pouf elle te wok tout ça, te le met dans une petite boite en carton et tu peux partir avec ta bouffe et tes baguettes sous le bras (on est pas fous, il pleuvait alors on s’est mis à l’une des seuls tables du petit magasin). En plus d’être excellent, ça change des kebabs, mcdo et autres fast-food. Le seul en France est à Bordeaux… je crois que je vais acheter une franchise et me lancer!! Mais à Amsterdam il y en a à tout les coins de rue, pas d’inquiétude. Le programme de l’après-midi était de visiter la maison de Rembrandt, « Museum Het Rembrandthuis« . Mais avant d’y arriver, on est tombés sur un espèce de petit marché aux puces où j’aurais craqué pour à peu près tout si je n’avais pas eu que 30€ de budget (pour ceux que ça intéresse, c’était sur le « Waterloo Plein »). Les boutiques sont très disparates donc y a un vendeur d’accessoires de vélo à côté d’une friperie, du matos pour la fumette à côté d’un vendeur de pompes (les creepers… des modèles introuvables et magnifiques…), des bijoux ethniques à côté des sabots en bois. J’y serais restée des heures. Mais le concept c’était quand même d’aller à la maison de Rembrandt! Là aussi on avait pris des billets à l’avance mais à priori le touriste ne s’y bouscule pas beaucoup. On avait un petit bignou qui nous parlait en français et c’était très intéressant. Dans son atelier, un monsieur nous a fait une démo sur les pigments: comment les mélanger? avec quoi? Si tu ne parle pas anglais par contre, tu ne comprendra rien et c’est bien dommage. J’aime les musées, mais voir la maison, l’atelier de l’artiste, c’est quand même sacrément constructif.
En sortant du musée il y avait un peu de soleil alors on s’est empressés de trouver un banc où profiter de l’éclaircit au bord de l’eau. Après s’être reposés on est tranquillement rentrés dans le centre en passant par des petits coins mignons. C’est fou les belles boutiques qu’ils ont, on trouve presque rien de mauvais goût (ce qui n’est pas le cas à Paris). Après avoir été boire un chocolat chaud qui coûtait un bras dans un café touristique pourri avec une serveuse pourrie et de mauvaise constitution, on est passés devant le cinéma « Tuschinski », véritable chef d’œuvre art déco. Mes photos ne donnent rien (même si on l’aperçoit dans ma vidéo) alors va voir sur google, tu seras pas déçu. Et il était presque 18h30, il fallait vite trouver où manger. On a cette fois jeté notre dévolu sur le renommé « De Blauwe Hollander« , un des seuls restaurant proposant des plats typiques. En grande amatrice de viande, j’ai pris du foie de veau (oui, je sais!) et une part de tarte à la pomme façon grand-mère. C’était bien miam-miam tout ça. Evidemment il y a pas que du foie de veau, pas d’affolement. Il y a aussi des croquettes de fromage, des fruits de mer et même des plats végétariens.

DSC_0519petitDSC_0559petitDSC_0575petitDSC_0622petitComme le temps passe vite, c’était déjà notre avant dernier jour là bas. Pour ce jour très spécial, on avait prévu d’aller au béguinage puis au très célèbre quartier rouge. Le béguinage c’est un petit havre de paix pour sœurs catholiques. Je suis pas religieuse pour un sou mais c’est tellement paisible que ça donne envie d’y vivre. Quand on y entre, on a l’impression de rentrer dans une autre dimension, à l’écart de tout. Des femmes y vivent encore, c’est pourquoi la « visite » se restreint à leur petite chapelle et à la cours intérieure. Ça prend 10mn et c’est agréable. Ensuite il faut s’enfoncer dans le quartier le plus touristique de la ville pour atterrir au quartier rouge. Et pour se donner des forces avant d’affronter toute cette débauche on a fait un passage obligé à Burger King. Je sais pas si c’est parce que j’ai pris un sandwich au poulet, mais j’ai pas vu la différence avec un McDo ou un Quick. La grosse déception. Une fois rassasiés, on part à l’attaque (mais un peu à reculons quand même). En fait, le quartier rouge a quelque chose de traumatisant! C’est pas forcément les filles qui racolent contre des vitres à 20cm de toi, c’est plus les gros queutards de touristes. Parce que oui, c’est bizarre mais il y a étrangement plus d’homme que de femmes dans ce coin. Y a quand même un côté hyper malsain à voir des filles presque à poil se coller contre les vitres pour exciter le gros pervers venu pour un week end tremper son biscuit et fumer le bédo. En plus elles sont dans des « compartiments » pas plus large qu’une porte, au ras du sol et recouvert de carrelage… Glauque! C’est dommage parce que l’environnement est magnifique. C’est au bord des canaux, les arbres sont en fleurs, les petites barques font leur tour sur l’eau… Disons qu’on ne s’est pas éternisés et on a préféré sortir de ce quartier pour aller boire un chocolat chaud dans un café puis déguster nos muffins au soleil (Le mien était aux cramberrys et chocolat blanc, une régal!). Du coup on a passé le reste de notre après-midi à se balader au bord des canaux et à prendre notre temps pour rentrer à l’hôtel. L’heure de dîner venue, on s’est décidés unanimement pour un autre restaurant indonésien, le « Puri Mas » qui propose des Rijsttafels. Au début j’ai trouvé ça bizarre comme nom pour un plat indonésien et en fait c’est parce que c’était une colonie néerlandaise. Passons sur mon inculture, les Rijsttafels, c’est en fait plusieurs plats servies en petites portions et accompagnés de plusieurs riz différents (comme tu peux le voir sur ma vidéo!). En plus ils sont gentils, ils te les présente du plus neutre au plus épicé. Et le plus épicé, je peux te dire que tu le sens passer! Pourtant j’adore ce qui pique, je mange des tartines d’harissa, je met du piment partout… mais là! C’est mangeable et c’est très bon mais faut être préparé psychologiquement. Mon frère l’a mal vécu malgré les beignet de bananes qui, je cite le serveur, « apaise la bouche ».

DSC_0690petitDSC_0727petitDSC_0764petitDSC_0844petitLe dernier jour on a pas fait les fous-fous. Même si nos bagages étaient à l’hôtel, on ne voulait pas trop s’éloigner histoire de ne pas vivre dans l’angoisse permanente du temps qui passe. On a fait un tour dans un quartier que l’on n’avait pas vu et dont je serais incapable de sortir le nom. Je me souviens juste qu’il y a beaucoup d’antiquaire très cher, de boutiques chics et de galeries d’art exposant des très grands noms de l’art contemporain (Murakami, Koons, Christo…). On a profité du soleil pour acheter quelques croquettes dans un Febo (tu tires la tirette et tu prends la croquette qui te fait baver) puis manger un pancake en terrasse mais ils étaient beaucoup moins bon que ceux du premier jour (surement parce que c’était une brasserie touristique!). Mais on s’en fou, manger en terrasse c’était parfait. Après s’être fait bronzer dans un parc à côté de l’hôtel, il fut temps d’aller prendre nos valises et partir. Toute chose à une fin…

Je ne t’ai pas parlé des vélos mais il faut savoir qu’ils sont PARTOUT! Toute la ville est hyper bien aménagée pour eux, il y a des pistes cyclables à perte de vue mais pour les piétons c’est la merde… Souvent on prend la piste cyclable pour un trottoir mais non. Et en plus ils roulent super vite, ils ont peur de rien! Ça en devient presque chiant au bout d’un moment. Tu les entends derrière toi sonner avec leur petite sonnette et tu sais pas où te mettre et ils vont vite et tu crains pour ta vie. Mais c’est quand même plus agréable que les voitures.
Ce qui est super appréciable aussi c’est qu’ils sont hyper ouverts et on sent qu’il n’y a pas de discrimination. D’ailleurs Amsterdam est le premier endroit où le mariage homosexuel a été mis en vigueur. On ne sent aucun regard pesant et insistant parce qu’on a des piercings ou les cheveux rouges, on sent que tout le monde est intégré. C’était une bouffée d’air par rapport à mon quotidien de banlieusarde et au harcèlement de rue qu’on subit tout les jours. Là y a personne pour te faire chier, personne ne fait la manche par terre, on y voit aucun sans abri… c’est fou!
Et si tu crois comme moi qu’il y a des coffeeshop partout et que ça sent la weed à tout les coins de rue, tu te trompes. Dans le quartier rouge oui, mais dans le reste de la ville ça passe totalement inaperçu.

DSC_0931petitDSC_0901petitDSC_0876petitDSC_0889petit

Et voilà la petite vidéo. Elle paraît surement brouillon mais j’ai fait ça dans l’ordre chronologique du voyage ^^

Et sinon, je vous conseille ces quelques boutiques:

DE WELDAAD // Antiquités et Décorations
Noordermarkt 35-36
1015 NA Amsterdam
http://www.weldaad.com

BIEC SHOP
Staalstraat 28
1011 JM Amsterdam

SHOP DE VILLE
Staalstraat 11
1011 JK  Amsterdam
http://shopdeville.nl

DIT IS WAAR // Décoration Commerce équitable
Heiligeweg 45
1012 XP Amsterdam
http://www.ditiswaar.nl

Author: Princesse Pastèque

Bonjour toi ! Moi c'est Morgane, j'ai 27 ans, je suis Directrice Artistique Junior et habite à Paris. Ouvert depuis octobre 2013, ce blog est l’occasion pour moi de partager les passions qui m’animent, et il y en a beaucoup ! Véritable espace d’échange, j’espère que son contenu, choisi avec soin, te parlera autant qu’à moi et j’attends avec impatience tes retours ♥

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.